Bienvenue à

GWAD'ANBA BWA

Galion + Armistice 2017

GABB Galion 11/11

Saint-Claude : randonnée pédestre..

      Gwad anba bwa démarre sa saison de randonnée sur les pentes de la Soufrière..

Maria dans sa colère a contraint les randonneurs à l’inactivité. Peu à peu, en fonction de la remise en état des traces, les associations se remettent en marche.

Traditionnellement le 11 novembre les randonneurs de Gwad anba bwa partaient à l’assaut de l’Armistice. L’association a donc profité de cette date pour reprendre ses activités. Mais le guide avait prévenu, la

trace n’est pas encore totalement dégagée, seuls les « costauds » peuvent envisager de  grimper l’Armistice. Nous nous contenterons d’aller à la découverte de la chute du Galion, une déjà bien belle randonnée.

Donc, après un covoiturage entre le parking de la médiathèque de Saint-Claude et le parking des Bains-Jaunes, ils se retrouvent à 37 dès 7 heures du matin au départ du sentier pavé du Pas du Roy. Et là, premier

étonnement, d’habitude le bassin est assombri par un épais manteau de végétation, or, ce matin il est bien éclairé, Maria ayant allégrement décorné l’épaisse couche de verdure.

… « Faut pas craindre la boue…. »

Après la blague du jour et les consignes de sécurité, le groupe se met en marche au départ des Bains Jaunes.

 

 

Tout au long du parcours, le paysage va se trouver sensiblement changé. Il convient d’être très prudent sur le parcours très boueux, en plus des roches et des racines habituels, des subsides de branchages

augmentent la difficulté et la descente vers la rivière, très glissante nécessite beaucoup de prudence et d’entr’aide. D’ailleurs, la rivière ayant gonflé suite aux pluies, la majorité du groupe va sagement renoncer à

traverser le courant du Galion et à se rendre au pied de la chute.

Il faut être prudent, Maria a laissé des traces, par endroits, la forêt est bien abimée

Seuls 10 courageux, randonneurs aguerris, traileurs ou coureurs à pied, vont s’attaquer au mythique mur de l’Armistice (300 mètres de dénivelé) pour atteindre après une bonne heure d’effort, le sommet de la

Citerne (1155 mètres)… Dur, mais quelle récompense au sommet diront ils … En plus le groupe conduit par Patrice Segrétier, également technicien au Parc National en profitera pour faire un pré-balisage en vue

de finir de déblayer cette trace très empruntée par les coureurs de montagne.

 Récompense aussi au retour aux Bains Jaunes avec le pot de l’amitié et le bon bain partagé dans la bonne humeur dans les eaux tièdes et bienfaitrices du bassin des Bains Jaunes….

…Allez la saison randonnée démarre malgré tout sous de bons auspices… A la prochaine, du côté d’Anse-Bertrand.

Daniel Dulin

 

 

Ils ont grimpé l’Armistice. Ils ont dit :

Laurence Coulournat et Jacques Denin… randonneurs aguerris : « C’est dur, mais quelle récompense… ».

 

« Nous étions 10 à nous lancer à l’assaut de l’Armistice… C’était vraiment sport, plus dur que les années précédentes, il reste encore beaucoup d’encombrement sur la trace, en plus de la pente sévère, il faut

franchir des amas de branchages, d’ailleurs nous avons joint l’utile a l’agréable en aidant notre guide Patrice, à réaliser un pré-balisage en vue de la remise en état total du sentier.. On a mis environ une heure à

grimper… L’effort est intense, mais quel soulagement à l’arrivée à la Citerne, le paysage est splendide, cela nous a paru encore plus beau… ».

(propos recueillis par Daniel Dulin).